Burundi: L’assassinat d’Evariste Ndayishimiye : un déclencheur d’un génocide à grande échelle au Burundi.

General Major Neva

Burundi: L’assassinat d’Evariste Ndayishimiye : un déclencheur d’un génocide à grande échelle au Burundi

Les informations commencent à être de plus en plus précises. Des sources proches des milieux cnddfdd confirment encore notre information d’hier sur l’organisation d’une rébellion à base des imbonerakure. C’est vrai. Ces groupes qui sillonnent tout le pays sans poursuites sérieuses, sous le silence des responsables au premier niveau, ce sont des imbonerakure que certains milieux du cnddfdd ont organisé. Seulement, une de leur mission qui n’a pas été mentionnée dans notre article d’hier est qu’au finish, ce désordre organisé vise aussi la tête d’Evariste Ndayishimiye.
Les rebelles qui sont entrain de semer la terreur dans tout le pays, de l’ouest à l’est, du nord au sud, sont sous les ordres d’un commandement d’une clique militaire qui veut au finish la tête du président. Feu Nkurunziza est mort, le peuple est resté calme, aucun trouble dans le pays. La raison est simple : Nkurunziza est mort d’une maladie naturelle si on en croit à la version officielle du gouvernement. Crise cardiaque, coronavirus, empoisonnement, peu de gens connaissent la vérité sur la mort du Guide Suprême. Si c’est Ndayishimiye qui l’a empoisonné pour avoir plus de liberté d’exercer son pouvoir comme une certaine opinion ne cesse de le dire, il va répondre de ses actes, non pas par la même méthodologie, mais notre source précise qu’il sera fusillé. Bonjour les dégâts. La clique militaire qui a fait la planification aurait prévu que cet assassinat se fasse dans un chao autour de sa sécurité lors d’une embuscade qui sera tendue par la même rébellion près d’une localité prévue pour tenir une rencontre de sécurité. Voilà le plan. La date et le lieu restent à la discrétion des planificateurs.
Nous vous livrons quelques faits révélateurs. A l’arrivée au pouvoir d’Evariste Ndayishimiye, les imbonerakure de Kayogoro et l’administration ont été traduits en justice pour les crimes commis sur des burundais venus de la Tanzanie . Ces gens croupissent jusqu’aujourd’hui dans la prison de Rumonge. Au bon matin du 23 Aout 2020, des militaires de la position du centre Cibitoke ont déshabillé les imbonerakure de tous les effets militaires, les ont bastonnés, les empêchant ainsi de faire leur habituel entrainement paramilitaire. Dans d’autres coins du pays, les imbonerakure commençaient à faire profil bas car ils n’avaient plus le dernier mot comme avant. Ce qui a choqué la majorité de cette jeunesse devenue première responsable de la sécurité du pays.
Comme pour relever la situation, il a été organisé dans la précipitation ‘’Imbonerakure day’’ le 29 Aout 2020. Le ministre Ezéchiel Nibigira, en charge de la jeunesse, a été on ne peut plus explicite : ‘’les imbonerakure doivent être partout et dès aujourd’hui’’. Pour lui, on ne peut pas trouver des militaires et des policiers à mettre à chaque ménage, mais les imbonerakure peuvent facilement faire ce travail. Il l’a dit en province de Kayanza alors qu’il n’y avait pas une semaine, le gouverneur de cette province, le colonel Remy Cishahayo avait, lors de sa première rencontre avec les responsables sécuritaires et administratifs, précisé que s’il rencontre un imbonerakure sur l’itinéraire en patrouille, il allait l’embarquer dans son véhicule et le conduire directement au cachot.
Ce double langage au sein du gouvernement vous montre combien la marmite est entrain de chauffer. A la tête de ceux qui mettent le bois sous la marmite se trouvent Allain Guillaume Bunyoni et Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika. Dans la marmite se trouve la tête d’Evariste Ndayishimiye. Lui qui a été imposé par une clique militaire pour être candidat à la présidentielle de mai 2020 alors que feu Nkurunziza avait proposé Nyabenda Pascal ; lui qui a fait un coup d’Etat électoral alors que les élections avaient été gagnées par Agathon Rwasa au moment où feu président Nkurunziza avait dit, lors du dernier meeting de la campagne électorale au terrain de l’Ets Kamenge, que celui qui trichera les élections subira le châtiment divin.
L’assassinat d’Evariste Ndayishimiye ressemblera à la mort de Juvenal Havyarimana du Rwanda en 1994. La fameuse rébellion des imbonerakure rependue à travers tout le pays va, en collaboration avec d’autres extrémistes hutus du cnddfdd, commencer à tuer tous les tutsis (même ceux qui se croient membres du cnddfdd) et tous les opposants politiques. Ne restera qu’un membre reconnu avec certitude comme véritable cnddfdd ( biyemera) . Ils se reconnaitront à l’aide des codes. Celui qui n’aura pas eu ce code, même s’il se croit membre du cnddfdd sera tué.
URN HITAMWONEZA lance encore une fois un cri d’alarme à la communauté internationale de garder un œil vigilent sur le Burundi. Il est sur une pente glissante. Que le peuple burundais le sache, la clique militaire au pouvoir qui vous endormisse avec des prières et de bonnes paroles prépare un génocide ; détrompez-vous, ce ne sont pas seuls les tutsis et les membres cnl qui vont mourir, même certains membres du cnddfdd vont mourir. Vous devez donc vous lever tous comme un seul homme pour refuser que ce groupe de généraux vous manipulent pour ses propres intérêts. Seul le vivre ensemble dans vos différences vous procurera paix et sécurité.

Contact WhatsApp: +31685638237 Email: urnhitamwoneza16@gmail.com web site: http://www.urnhitamwoneza.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s