Burundi: All criminals will have to pay dearly, sooner or later, the blood of Tutsis and political opponents they shed.

Burundi: All criminals will have to pay dearly, sooner or later, the blood of Tutsis and political opponents they shed.
The death of Master Corporal Cishahayo, a native of Cibitoke, living in the Busoro district in Kanyosha has surprised more than one. A soldier of the National Defence Force, working within the Special Brigade for the Protection of Institutions (BSPI), coldly shot by police from the Kanyosha rapid intervention group on the orders of the unit’s «  De Corps  » . Civilians who were in the cabaret are also said to be injured during this shooting.
Any Burundian killed is to be deplored. This is a loss, not only to his family, but also to the country. Her children still needed a father for their education; this disappearance will undoubtedly have negative impacts on their future.
Such a death also shows the image of Burundi. A country that has become an open-air prison where no one has the right to say what makes sense to them, anyone who dares to say what is wrong with the will of power is directly killed without any trial. A country where criminals have the right to life or death over whomever they want with total impunity. It also shows the image of the army and the police who are supposed to protect the population and their property; but some elements of which are rather used to mistreat them. We have unprofessional, divided and partisan defence and security forces in Burundi.
The first group that enjoys the confidence of the authorities is made up of former members of armed political parties and movements (PMPA), especially from the cnddfdd. This group is almost in command within the cnddfdd because it carries out special missions (while remaining within their assigned units) of power consisting of eliminating all those in power who qualify as enemies of the system. It was the elements of this group who coldly killed Brigadier General Athanase Kararuza and his family in front of the Lycée Saint Esprit. The surviving soldiers saw and recognized soldiers and police among the criminals, their names are known and they do not care about anything until today. To this first group, generally made up of members of the police, the army and the national intelligence service are added well-selected elements of the FDLR Interahamwe and members of the imbonerakure militia trained in Kiriba Ondes in DR Congo.
The second group is made up of other ex PMPA who did not show enough zeal to kill innocent people and ex FAB who agreed to be objects of power for some advantages in exchange for the blood of their Tutsi friends who are shot at the slightest suspicion.
The last group is made up of ex FAB Tutsi, considered extras, having no say even if they are at the command level. They are so naive that they do not even see the danger they are in. These are people to be eliminated in the first round at the slightest whistle.
Master Corporal Cishahayo’s death is unlike any other. According to our information, he was a member of that first group which we have already mentioned. He had a vehicle with a civilian license plate (private or not, that’s of no interest, but think of the IT routinely used by the SNR to abduct people) and an AK47 weapon at his home. The weapons of ordinary soldiers are generally kept at the camp, in weapons stores, except for the officers who have the right to keep them at home. Our sources say he had been closely followed for a long time with the intention of killing him, either to remove traces of the crimes he allegedly committed or to miss a shady mission, a story of killing a troublesome witness. The biker who had quarrels with him over the price of a motorcycle for a race was an imbonerakure sent to start a fight in order to get him. Which justifies the slap he gave her. His reaction was to go into the house and bring his gun. An attitude of an unprofessional soldier; slightest argument, we pull the trigger to kill. This is the behaviour of criminals from the rebellion, not professional soldiers. The biker went to alert the police who pursued him closely to the cabaret when he believed the case was over. The non-commissioned officer « De corps » himself gave the order to shoot him, after having received, according to our sources, an instruction from someone from the SNR (would he be General Ildephonse Habarurema? we will continue our investigations), but what is sure and certain, it is not just anyone because the criminals take it easy, they do not worry; they have accomplished a commissioned mission.
URN HITAMWONEZA regrets this disappearance, and moreover, in this way and takes the opportunity to remind all these criminals, who have become killing machines of the Ndayishimiye power and his military clique, that they will never have peace with blood innocent people on their hands. Sooner or later, if it is not independent justice, why not international, which will pursue them, they will die by the sword of their comrades or their bosses when they will not need them yet, to make the evidence disappear of their crimes. We ask the imbonerakure youth to think about their future. Those who shed blood will have to answer for it , there are not a thousand solutions. But those who would still have their hands clean must examine their conscience, realize that those who manipulate them for their own interests have their children in better schools in Europe and elsewhere when they spend their nights patrolling and not fail to study the next day. You must refuse this official law enforcement job and instead demand better schools that will give you better jobs and better lives.

Burundi: Tous les criminels devront payer cher, tôt ou tard, le sang des tutsis et des opposants politiques qu’ils ont versé.
La mort du caporal-chef Cishahayo, natif de Cibitoke, habitant le quartier Busoro dans Kanyosha a étonné plus d’un. Un militaire de la Force de défense nationale, travaillant au sein de la Brigade Spéciale de protection des Institutions (BSPI), abattu froidement par les policiers du groupement d’intervention rapide de Kanyosha sur ordre du ‘’De Corps’’ de l’unité. Des civils qui seraient dans le cabaret seraient aussi blessés lors de cette fusillade.
Tout burundais tué est à déplorer. C’est une perte, non seulement pour sa famille, mais aussi pour le pays. Ses enfants avaient encore besoin d’un père pour leur éducation ; cette disparition aura sans doute d’impacts négatifs sur leur avenir.
Une telle mort montre aussi l’image du Burundi. Un pays qui est devenu une prison à ciel ouvert où personne n’a le droit de dire ce qui lui parait logique, celui qui ose dire ce qui ne va pas dans le sens de la volonté du pouvoir est directement tué sans aucun procès. Un pays où les criminels ont le droit de vie ou de mort sur qui ils veulent dans l’impunité totale. Elle montre aussi l’image de l’armée et de la police qui sont sensées protéger la population et ses biens ; mais dont certains éléments sont plutôt utilisés pour les maltraiter. Nous avons au Burundi des forces de défense et de sécurité non professionnelles, divisées et partisanes.
Le premier groupe qui bénéficie de la confiance des autorités est constitué des anciens membres des partis et mouvements politiques armés ( PMPA), spécialement issus du cnddfdd. Ce groupe est presque commandé au sein du cnddfdd car exécute des missions spéciales (tout en restant au sein de leurs unités d’affectation) du pouvoir consistant à éliminer tous ceux que le pouvoir qualifie d’ennemis du système. Ce sont les éléments de ce groupe qui ont tué froidement le General de Brigade Athanase Kararuza et sa famille devant le Lycée Saint Esprit. Les militaires rescapés ont vu et reconnu des militaires et policiers parmi les criminels, leurs noms sont connus et ils ne soucient de rien jusqu’aujourd’hui.
A ce premier groupe constitué généralement des membres de la police, de l’armée et du service national des renseignements s’ajoutent des éléments bien sélectionnés des FDLR Interahamwe et des membres de la milice imbonerakure formés à Kiriba Ondes en Rd congo.
Le second groupe est constitué des autres ex PMPA qui n’ont pas manifesté assez de zèle pour tuer des innocents et des ex FAB qui ont accepté d’être des objets du pouvoir moyennant quelques avantages en échange du sang de leurs amis tutsis qui sont abattus au moindre soupçon.
Le dernier groupe est constitué des ex FAB tutsis, considérés comme des figurants, n’ayant aucun mot à dire même s’ils sont au niveau du commandement. Ils sont tellement naïfs qu’ils ne voient même pas le danger qu’ils courent. Ce sont des gens à éliminer au premier tour au moindre coup de sifflet.
La mort du caporal-chef Cishahayo n’est pas comme les autres. D’après nos informations, il était membre de ce premier groupe dont nous avons déjà fait mention. Il avait un véhicule avec plaque civile (privé ou pas, cela n’intéresse en rien, mais pensez aux TI régulièrement utilisés par le SNR pour enlever des personnes) et une arme AK47 chez lui à la maison. Les armes des militaires ordinaires sont généralement conservées au camp, dans des magasins d’armement, sauf les officiers qui ont le droit de les conserver chez eux. Nos sources disent qu’il était suivi de près depuis longtemps avec intention de le tuer, soit pour faire disparaitre des traces des crimes qu’il aurait commis, soit pour avoir raté une mission louche, une histoire de faire disparaitre un témoin gênant. Le motard qui a eu des altercations avec lui sur le prix de moto pour une course était un imbonerakure envoyé pour déclencher une bagarre afin de l’avoir. Ce qui justifie la gifle qu’il lui a fait. Sa réaction a été d’aller dans la maison amener son arme. Une attitude d’un militaire non professionnel ; moindre dispute, on appuie sur la gâchette pour tuer. C’est un comportement des criminels issus de la rébellion et non des militaires professionnels. Le motard est allé alerter la police qui l’a poursuivi de près jusqu’au cabaret alors qu’il croyait que l’affaire était terminée. Le sous-officier ‘’De corps’’ a donné lui-même l’ordre de l’abattre, après avoir reçu, d’après nos sources, une instruction de quelqu’un du SNR (serait-il le General Ildephonse Habarurema ? nous continuerons nos investigations), mais ce qui est sûr et certain, ce n’est pas n’importe qui car les criminels se la coulent douce, ils ne s’inquiètent pas ; ils ont accompli une mission commandée.
URN HITAMWONEZA regrette cette disparition, et de surcroît, de cette manière et profite de l’occasion pour rappeler à tous ces criminels, devenus des machines à tuer du pouvoir Ndayishimiye et sa clique militaire, qu’ils n’auront jamais de paix avec le sang des innocents sur leurs mains. Tôt ou tard, si ce n’est pas la justice indépendante, pourquoi pas internationale, qui les poursuivra, ils mourront par l’épée de leurs camarades ou de leurs patrons quand ils n’en auront pas encore besoin, pour faire disparaitre les preuves de leurs crimes.
A la jeunesse imbonerakure, nous demandons de penser à leur avenir. Ceux qui ont versé du sang devront en répondre, il n’y a pas mille solutions. Mais ceux qui auraient encore les mains propres doivent faire un examen de conscience, se rendre compte que ceux qui les manipulent pour leurs intérêts ont leurs enfants dans de meilleures écoles en Europe et ailleurs au moment où ils passent leurs nuits à faire des rondes et ne parviennent pas à étudier le lendemain. Vous devez refuser ce travail officiellement confié aux forces de l’ordre et exiger plutôt des meilleures écoles qui vous donneront meilleurs emplois et meilleures vies.

WhatsApp contact: +31685638237
Email: urnhitamwoneza16@gmail.com  Twitter: URN HITAMWONEZA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s