Burundi: Assassinat du président Ndadaye en 1993 suivi du génocide des tutsis : Témoignages émouvants (6eme partie)

Burundi: Assassinat du président Ndadaye en 1993 suivi du génocide des tutsis : Témoignages émouvants (6eme partie)
Nous l’avons dit et nous ne cesserons jamais de le répéter, l’assassinat du président Ndadaye a été un acte très grave pour le pays. Il a été fait par un groupe de personnes, hutus comme tutsis, militaires et politiciens avec des implications des étrangers. Il n’a donc pas été planifié et exécuté par des tutsis du Burundi. Nous disons que s’il y avait une justice équitable, tous les planificateurs et exécutants devraient tout de suite être traduits en justice, jugés rapidement et punis conformément à la loi. Ce qui dérange les burundais et la communauté internationale est la réaction spontanée des hutus du frodebu et du palipehutu de tout le pays, de prendre machettes et lances pour tuer tous les tutsis jusqu’au fœtus. Ce qui montre que ce n’est pas une réaction de colère comme certains ont tenté de l’expliquer, mais une action planifiée et exécutée, un génocide comme l’a bien qualifié le rapport (S/1996/682 du 22 Aout 1996) de la commission onusienne envoyée au Burundi en 1995.
En plus de ce rapport, URNHITAMWONEZA est en possession d’un document qui contient des détails sur le déroulement du génocide tel que raconté pas certains rescapés. Des noms des victimes et des bourreaux, colline par colline, commune par commune, y figurent. Si ces bourreaux avaient été arrêtés, jugés et punis comme les planificateurs et exécutants de l’assassinat de Ndadaye, le Burundi ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui ; un pays toujours en insécurité, sans stabilité et par conséquent sans développement.
Nous vous proposons aujourd’hui quelques témoignages des rescapés sur le déroulement du génocide des tutsis et des hutus de l’Uprona, ainsi que les premiers responsables de ces assassinats dans les zones de Musigati et Muyebe de la province Bubanza
En zone Musigati, sur les collines Musigati, Kinazi, Mpishi, Kayange, les tueurs ont commencé le 23 octobre 1993, vers 11 heures. Des certaines de tueurs ont attaqué les tutsis et certains hutus habitant sur les collines ci-haut citées. Ils ont d’abord lancé des pierres sur les toitures, les fenêtres et les portes des maisons ou ceux-ci se cachaient. Une fois les maisons défoncées, ils ont pillé tout ce qui s’y trouvait ainsi que le gros et petit bétail.
Vers 12heures, ils ont commencé à rassembler colline par colline toutes les victimes pour les conduire sur la colline MPISHI où ils ont été regroupés à 15 heures. Ils ont été reconduits vers la Kibira et sont arrivés sur la colline NYARUZURU vers 19H30. Les tueurs les ont enfermés dans un hangar de stockage de bois, et ont ensuite grillé de la viande volée et ont bu des bières achetées avec l’argent volé aux victimes.
Vers 3 heures du matin, ils ont commencé à tuer leurs victimes et par priorité les hommes adultes suivis des jeunes garçons âgés de plus de 15 ans. Les femmes étaient tuées les dernières précédées par les enfants. Les victimes ont été tuées à coup de gourdins et couteaux sauf NTIBARUFATA Libère qui a été crucifié et sur lequel les tueurs se sont exercés au tir à l’arc.76 personnes y ont trouvé la mort.
Il y a des Hutu qui ont été tués par d’autres hutus. Sur la colline MUGOMA, zone MUYEBE, un hutu nomme NKURIKIYE et son fils ont été tués peu après la mort de NDADAYE parce qu’ils étaient accusés d’avoir empoisonné le président. En réalité, ils ont été tués parce qu’appartenant à l’UPRONA. Sur la colline MUSIGATI, des membres de la famille NYENYE ont été tués parce qu’appartenant au parti UPRONA.
Les procédures ont été les mêmes dans cette province. Dans certaines zones, il n’y est resté aucun tutsi, il a été difficile de trouver des rescapés qui pouvaient dire ce qui s’est passé dans certains secteurs.
Les autorités responsables de ce génocide qui ont été citées par les rescapés sont : en Zone MUSIGATI : NTAHOMENYEREYE Salvator, représentant du peuple ; BUYONDI Hilaire, membre du Comité Provincial du FRODEBU ; NKWEZI Jean Baptiste, directeur de l’Ecole Primaire à MUSIGATI ; NGENDABANYIKWA Vital, Directeur de ’Ecole Primaire de CIYA ; NTIZIZAKUMWE Deogratias , Chef de Secteur de BUHURIKA ; SHWAGARA Oscar . En zone Muyebe, les plus citées sont : le chef de zone de MUYEBE ; NTIRARUHA Paul, Enseignant de MUYEBE ; RUKARA Come , Garde forestier ;MANIRABARUTA Rédempteur : Ancien Chef de zone ; Sébastien fils de BUDIDA Boniface ;
Il convient de souligner que les 4 responsables du génocide de MUSIGATI cités en dernier lieu avaient participé aux préparatifs des attaques du pays au mois de novembre 1991 en organisant la construction des abris souterrains à BUHURIKA et à NYARUSANGE avant de s’exiler au RWANDA d’où ils sont rentrés peu avant la campagne électorale des élections présidentielles et législatives du mois de juin.
Vous comprendrez que le Rwanda de Havyarimana a été la pépinière de tous les extrémistes qui ont exécuté le génocide des tutsis de 1993, comme le coup d’envoi a été donné via les radios de ce pays par Jean Minani URN HITAMWONEZA ne cessera jamais de demander que tous ceux qui ont joué un quelconque rôle dans la préparation et l’exécution de l’assassinat de Ndadaye et du génocide des tutsis soient punis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s