Burundi: Du Frodebu est né le Cnddfdd pour parachever le génocide des tutsis commencé en 1993.

Burundi: Du Frodebu est né le Cnddfdd pour parachever le génocide des tutsis commencé en 1993.
On ne cessera jamais de le répéter ; comprendra qui veut comprendre. Les leaders du cnddfdd qui sont au pouvoir aujourd’hui finiront par parachever le génocide des tutsis et des hutus de l’opposition commencé en 1993 après l’assassinat de feu président Melchior Ndadaye.
En effet, cette idéologie d’extermination des tutsis, apprise au Rwanda avec la fameuse révolution de 1959 a été profondément enracinée dans les esprits des hutus burundais par le palipehutu dans un premier temps, un copier-coller du Palimehutu du Rwanda. Dans un deuxième temps, elle a été enseignée par le Frodebu avec l’arrivée de la démocratie ; une notion mal comprise par les burundais comme la plupart d’autres peuples d’Afrique.
Le Frodebu, avec ses leaders qui ont été à l’école de l’ancien président rwandais Juvénal Havyarimana , ont profité de cette démocratisation à outrance pour récupérer le pouvoir longtemps aux mains d’une minorité ethnique tutsie , disaient-ils , en s’appuyant non pas sur le combat des idées et des projets, mais sur la majorité numérique ethnique. Avec le système électoral un homme une voix, les leaders du Frodebu étaient convaincus qu’en tirant la corde ethnique, ils devront à tout prix remporter les élections en 1993. C’est ainsi qu’ils ont fait le porte à porte en enseignant aux hutus non seulement qu’ils doivent élire massivement le leader du Frodebu, mais aussi qu’il faudra se préparer, après la victoire, à éliminer tous les tutsis et hutus upronistes qui refusent de rallier le frodebu, afin de récupérer tous leurs biens ( propriétés et vaches). C’est pourquoi, un paysan de Kayanza demandait innocemment à Sylvestre Ntibantunganya en visite dans cette province quelques semaine après les élections : ‘’vya bindi biroba canke ntibiroba’’ (il demandait si le plan d’exterminer les tutsis aura lieu ou pas).
Les hutus étaient convaincus que les chefs militaires et certains leaders de l’Uprona n’allaient pas digérer facilement la victoire du Frodebu ; surtout que qu’ils avaient en tête le projet de diriger seuls sans partage (comme le fait aujourd’hui le cnddfdd)  ; et qu’ils tenteront de renverser les institutions élues, un bon prétexte pour éliminer tous les tutsis qui sont sur toutes les collines du pays. C’est pour cela qu’ils ont arrêté à temps des stratégies pour réussir ce génocide. Des machettes neuves, des cordes, des tronçonneuses, de l’essence, ont été achetées et distribuées à la population hutue. Et ce qui est très important, toute l’administration, du sommet à la base était occupée par les membres du Frodebu. C’est cette administration qui a été à la base de toute planification et exécution du génocide des tutsis et des hutus qui ont gardé l’idéologie de Rwagasore. Certains ont même donné un coup d’envoi à la population hutue pour l’inciter à tuer les tutsis sans crainte.
Aujourd’hui, nous vous proposons un exemple d’un grand leader au sein du cnddfdd au pouvoir qui était dans cette administration du Frodebu en 1993. C’est Joseph Ntakirutimana, longtemps secrétaire général adjoint du cnddfdd.Il était gouverneur de la province de Ngozi. Il aurait sur ses mains du sang des centaines de tutsis de Ngozi. Même s’il n’aurait pas fait comme certains qui ont donné un exemple aux paysans hutus en exécutant des gens de ses propres mains, il est le premier responsable de ces massacres. Il s’en souvient sans doute : selon les témoignages des rescapés, l’administration a été très active dans l’incitation au génocide des tutsis. Le gouverneur a lui-même interdit de ne pas enlever les troncs d’arbres mis dans la route pour obstruer le tronçon Kabuye-Nyakibingo.
Il travaillait étroitement avec le directeur de l’école paramédicale de Ngozi (qui a distribué des cordes en utilisant une camionnette de l’école), Monsieur Ntungumburane Adelin , directeur de la D.P.A.E Ngozi ( qui a ordonné l’abattage des arbres pour obstruer les routes) ; Monsieur Séverin Sinizeye, surnommé Moteri, professeur au lycée de Burengo( qui a participé dans l’obstruction des routes et a donné l’ordre de ligoter en personne Monsieur Déo , chef adjoint de l’usine à café de Cagura) ; Monsieur Constantin, professeur au Séminaire de Mureke ,( qui a aussi ordonné l’obstruction des voies de communication).
La liste est longue. En commune Ruhororo par exemple, les grands instigateurs étaient Monsieur Bihorubusa liberat , administrateur Communal , qui , en date du 21 octobre 1993 avant –midi , a parcouru toutes les collines pour ordonner de ligoter tous les grands urponistes et de les conduire dans des centres proches pour être mutilés et tués . C’est lui qui a donné l’ordre de les tuer, après les avoir ligotées. Dès que la mauvaise nouvelle de la mort de Ndadaye est tombée, il a distribué les cordes aux chefs de secteur , il a donné l’ordre de tuer toutes les personnes susceptibles de témoigner du déroulement des événements , il orchestra la mort de Messieurs Madadari Marc , Gahungu Joachim , tous deux enseignants et Monsieur Gihimbare Pierre . Ceci peut être témoigné par Monsieur Nkunzimana Claude qui est paralysé suite au ligotage et Monsieur Nzohabonimana Bénoit, Uproniste Hutu ligoté puis relâché après avoir payé une somme de 1500 frs Bu ( ces témoignages sont livrés sans aucune modification) .
Sans préciser le rôle qu’a joué chaque chef, veuillez noter les noms de Birasesema Pascal , chef de secteur Mutobo –Nyamugari ; Ngorwa Léopold , Chef de secteur Bucamihigo ; Frédéric de Mutobo , menuisier ; et….
Nous avons une longue liste de tous ceux qui ont planifié, exécuté ce génocide dans toutes les communes de la province ainsi que les noms de toutes les victimes, colline par colline, dont Monsieur Joseph Ntakirutimana est premier responsable. Pourtant, il fait le mauvais et bon temps au Burundi dans l’impunité totale. Evariste Ndayishimiye n’a pas hésité de lui donner un franc symbolique comme signe de récompense de tout ce qu’il a fait, depuis le temps du Frodebu jusqu’au règne du cnddfdd ; surtout que c’était lors de la célébration de la journée du combattant du cnddfdd.
Il faut comprendre par ici que le projet inachevé des extrémistes hutus du palipehutu, du Frodebu est en train d’être parachevé au sein du cnddfdd, car les acteurs sont les mêmes. Ceux qui ont exécuté des milliers de tutsis et des hutus de l’uprona en 1993 ont pris les armes en 1994 soi-disant pour défendre la démocratie et ont continué à perpétrer le génocide jusqu’aujourd’hui qu’ils sont au pouvoir ; et ils le font avec les moyens de l’Etat
URN HITAMWONEZA ne cessera jamais de crier pour que tous ces criminels qui se cachent au sein du pouvoir puissent en être écartés, qu’ils soient traduits plutôt en justice pour répondre de leurs actes. Puisqu’ils sont protégés par le pouvoir, les burundais doivent unir leurs forces pour chasser de ce pouvoir cette poignée d’hommes et femmes qui ont du sang sur leurs mains et installer des leaders aux mains propres qui se soucieront du rassemblement de tous les burundais, dans leurs différences, et s’atteler au développement du pays. WhatsApp contact: +31685638237
Email: urnhitamwoneza16@gmail.com  Twitter: URN HITAMWONEZA
YouTube: TUVAHE TUJAHE TV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s