Burundi : Comment des militaires burundais seraient ils blessés dans des combats entre des forces négatives qui attaquent le Rwanda et la RDF ?

Burundi 01Mars2021 : Comment des militaires burundais seraient ils blessés dans des combats entre des forces négatives qui attaquent le Rwanda et la RDF ?
Incroyable mais vrai ; 10 militaires burundais ont été blessés dans les combats entre les membres de la RDF (Rwanda Defence Force) et les rebelles rwandais qui avaient attaqué le Rwanda. Tel est le bilan que nos sources d’information nous ont transmis à la fin de la journée du 28 Février 2021. Les combats se poursuivaient le 01 Mars 2021.
Pour les profanes, la question qu’ils se poseraient serait de savoir comment des militaires burundais peuvent être blessés dans des combats qui ne les concernent pas.
Mais, ceux qui ont déjà lu nos publications savent que les forces négatives génocidaires du Rwanda quittent régulièrement l’Est de la Rd Congo, passent par le Burundi, y érigent des positions, spécialement dans la forêt de la Kibira partagée entre le Burundi et le Rwanda, et lancent des attaques sur ce pays voisin du Nord. Quand ces rebelles rwandais se sentent acculés, ils se replient toujours vers le Burundi où ils reçoivent réconfort de la part des membres de la FDNB (Force de défense nationale du Burundi) ; ils reçoivent munitions pour le complétement, soins médicaux pour les blessés et la logistique nécessaire pour le combat. Voilà qui justifie que le combat des rebelles rwandais concerne directement les militaires burundais.
Nous avons écrit dans notre précédente publication que Evariste Ndayishimiye avait envoyé le 27 Février 2021 beaucoup de militaires pour renforcer ceux qui sont déployés dans ce secteur. Ceux-là sont déjà dans la dance. Les combats du 28 Février 2021 étaient durs. Les témoins sur place parlaient des bruits des armes lourdes entendus dans le secteur sans en dire plus. Ce qui a fait peur à la population environnante qui s’apprêtait à fuir.
Nous osons espérer que la mission des militaires envoyés en renfort par le pouvoir d’Evariste Ndayishimiye serait d’interdire les rebelles rwandais de retourner se cacher au Burundi après attaque car leur repli vers le Burundi était devenu flagrant. Nous ne pouvons pas imaginer un seul instant qu’il a envoyé ces renforts pour aider les rebelles rwandais à relancer les attaques ; ce qui risquerait de provoquer des confrontations entre les deux armées. Un bon chef militaire pourrait aussi avoir envoyé ces renforts de peur que l’armée rwandaise pourrait dépasser les frontières en poursuivant ces rebelles ; ce que cette dernière ne ferait pas, sauf s’elle se trompe sur le ligne de démarcation entre les deux pays, surtout qu’elle est difficile à voir en pleine forêt. En supposant que c’est de la première hypothèse dont il s’agit pour le cas précis, les rebelles rwandais devraient alors se retrouver entre les deux feux : derrière le feu de la RDF et devant celui de la FDNB. C’est donc dans ces circonstances que ces militaires burundais seraient blessés ; nous a précisé une source militaire qui est sur place.
Pourquoi arriver à ce stade alors que des pourparlers avaient déjà débuté pour résoudre ce problème de sécurité entre les deux pays ? Qu’est ce qui empêche les deux pays de s’asseoir ensemble et organiser des opérations conjointes pour chasser ces forces négatives qui utilisent le sol burundais pour perturber le Rwanda voisin ? Que gagne Evariste Ndayishimiye à entretenir des forces négatives coupables de génocide des tutsis rwandais sur son territoire ? Le fait-il pour l’intérêt des burundais ou pour ses propres intérêts ? Que gagne la population de Murwi et Mabayi qui se retrouve toujours dans des combats dont elle ne connait ni les tenants ni les aboutissants ?
Le président Evariste Ndayishimiye ne cesse de crier pour qui veut l’entendre que le Rwanda abrite des putschistes qui ont échoué le coup d’Etat de 2015, sur qui son pouvoir a déjà collé des mandats d’arrêts internationaux et qui ont été arbitrairement condamnés, sans défense, à la perpétuité avec de lourdes amandes. Serait-elle la raison qui pousse Evariste Ndayishimiye à entretenir de son côté des rebelles rwandais qui perturbent régulièrement la sécurité du citoyen rwandais ? Est que le journaliste lambda ou le responsable d’une organisation de la société civile Beta ou encore le militaire Omega, qui ont fui le pays et qui sont actuellement régis par le régime du HCR seraient-ils aujourd’hui entrain de perturber la sécurité du citoyen burundais ? Si c’est ce jeu dont il s’agit, c’est une grave injustice envers les pauvres paysans rwandais et burundais qui subissent les conséquences néfastes des attaques des FDRL ou FLN. Et Evariste Ndayishimiye l’a perdu d’avance car la sécurité de la population prime sur toute autre affaire politique.
URN HITAMWONEZA appelle encore une fois la population burundaise à se désolidariser de ces leaders qui cherchent à provoquer une guerre sanglante entre les voisins et frères au lieu de leur trouver des facilités d’échanges commerciaux surtout que les deux peuples se retrouvent au sein d’une même communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC). Soutenir les FDRL et FLN n’apportera rien de positif au peuple burundais, cet acte n’amènera que du feu et du sang au Burundi. Il faut alors se lever pour dire Non à Evariste Ndayishimiye qui veut donner du feu au lieu du pain à la population burundaise. WhatsApp contact: +31685638237
Email: urnhitamwoneza16@gmail.com  Twitter: URN HITAMWONEZA
YouTube: TUVAHE TUJAHE TV
Pour intégrer dans le groupe WhatsApp URN:
https://chat.whatsapp.com/GR70DuLtmIY4Cus6KtIZ4C

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s