Burundi : Pourquoi la Banque Mondiale forcerait- elle le pouvoir de Gitega à recevoir un vaccin covid 19 qu’il n’a pas demandé ?

BURUNDI

Burundi : Pourquoi la Banque Mondiale forcerait- elle le pouvoir de Gitega à recevoir un vaccin covid 19 qu’il n’a pas demandé ?
Incroyable mais vrai. La Banque Mondiale(BM) se soucie de la santé du peuple burundais plus que le pouvoir de Gitega qui était censé le protéger. La BM a proposé à la clique militaire au pouvoir au Burundi des vaccins contre covid-19. Il a fallu une discussion acharnée au sein de la commission en charge de la prévention contre ce fléau pour accepter cette offre gratuite. Là aussi, le pouvoir l’a accepté sous conditions : que celui qui le donne ne demande pas d’argent ; que le gouvernement ne soit pas responsable des conséquences fâcheuses qui arriveraient à celui qui prendra cette injection. Raison pour laquelle le pouvoir de Gitega a fait tout de suite une sortie médiatique pour se moquer de la BM en annonçant au peuple que le vaccin n’était pas sur son agenda, qu’il a été proposé sans le demander et qu’ils n’ont pas seulement voulu refuser cette offre gratuite. Il a tenu à préciser que le vaccin sera pris par celui qui le souhaite. Ces déclarations ont été faites par le ministre de la santé publique, Thaddée Ndikumana et le super ministre de l’intérieur, sécurité publique et développement communautaire, le Général Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika. Ce dernier n’y va pas par quatre chemin : ‘’ce vaccin n’a pas été demandé par le gouvernement qui tient à son plan en rapport avec Covid-19’’. Pour lui, celui qui voudra amener le vaccin au Burundi est le bienvenu, mais ‘’qu’il ne demande rien comme argent et qu’il ne donne aucune conditionnalité. Le gouvernement leur montrera où le stoker et il sera pris par celui qui voudra’’.
En clair, la clique militaire au pouvoir ne veut pas de ce vaccin car il n’a pas sur son programme la vaccination de la population burundaise. Il n’a pas simplement osé dire non à la BM car il sait qu’il aura besoin tout le temps de l’appui de cette institution ; mais visiblement, les doses qui seront livrées ne seront pas utilisées, elles ont beaucoup de chance de se détériorer dans les stocks ; encore que même les conditions de stockage n’inspirent confiance à personne dans un pays pauvre comme le Burundi aux infrastructures limitées avec une énergie électrique insuffisante. Comme l’a précisé le ministre Ndirakobuca, presque seuls ceux qui seront frappés par des contraintes d’être vacciné avant de voyager prendront ce vaccin car ‘’ils étaient obligés d’aller le chercher à Nairobi (Kenya) ; ils pourront cette fois ci le trouver sur place sans trop de dépenses’’, disait avec beaucoup d’arrogance le super ministre Ndakugarika
Au moment où beaucoup de pays cherchent le vaccin covid 19 sans le trouver en quantité suffisante quand ils sont prêts à le payer, pourquoi la BM devrait-elle imposer à la clique militaire au pouvoir au Burundi un vaccin qu’elle ne veut pas ? Pour quel intérêt la BM cherche t- elle à ce que ce vaccin soit livré au Burundi alors qu’il ne sera pas utilisé car le pouvoir ne le veut pas ? Pourquoi aller stocker des vaccins au Burundi qui risquent de périmer alors qu’il y a des pays qui les demandent avec insistance et qui ne les trouvent pas ? Autant de questions qui méritent des réponses.
De l’autre côté, pourquoi au moment où le monde entier est menacé par la pandémie covid-19 qui fait beaucoup de mutations avec de nouveaux variants, la clique militaire au pouvoir se désolidarise t- elle du reste du monde en refusant les vaccins alors que la pandémie fait rage au Burundi ? Le ministre Thaddée Ndikumana a lui-même reconnu, lors d’un point de presse, que les burundais ne respectent plus les mesures barrières contre covid 19. Ils se rencontrent dans des lieux publics, dans des fêtes, des boîtes de nuit sans aucune protection. C’est peut-être la prière qui les protège comme les autorités aiment le dire quand il leur est impossible de sensibiliser et même de contraindre le peuple au respect strict des mesures barrières. Conséquence : des gens meurent de la pandemie, mais le pouvoir n’en parle pas. Aujourd’hui, le pouvoir semble débordé par beaucoup de cas positifs de covid 19, surtout dans les provinces du Nord, mais refuse toujours le vaccin.
URN HITAMWONEZA estime que si un pouvoir refuse de sauver un peuple en détresse, il commet un crime contre l’humanité. Il devrait soit démissionner ou encore être forcé à démissionner ou tout simplement devrait être destitué sans tarder. La BM et les autres organisations internationales ne devraient pas continuer à supplier ce pouvoir à accepter des vaccins pour son propre peuple, elles devraient plutôt aider toutes les forces vives de la Nation à chasser du pouvoir cette clique militaire qui prend en otage le peuple burundais et chercher de nouveaux leaders capables de planifier et de diriger le peuple avec amour et volonté de le conduire à son développement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s