Burundi : Les jets de grenades partout dans le pays est l’œuvre de la milice imbonerakure du cnddfdd.

Burundi : Les jets de grenades partout dans le pays est l’œuvre de la milice imbonerakure du cnddfdd.
Ce n’est pas difficile de le voir ou de le savoir. Le plus gênant pour la plupart est de le dire haut et fort. Les burundais qui sont en train de mourir par des jets de grenades sont victimes d’une part du montage fait par la clique militaire pour essayer d’anéantir tous ceux qu’elle appelle opposants au système cnddfdd et d’autre part par des malentendus au sein de la milice imbonerakure mise en place, entrainée et armée par le pouvoir cnddfdd.
Après les explosions entendues autour de l’aéroport la nuit du 18 septembre 2021 ; ce que le mouvement Red Tabara a revendiqué comme une attaque de l’Aéroport international Melchior Ndadaye à la veille du départ du président Evariste Ndayishimiye pour participer à la 76eme Assemblée Générale des NU à New York, le calvaire des burundais avait commencé. Les grenades se sont fait entendre partout, et spécialement dans les deux capitales, Bujumbura et Gitega. Revenons sur les faits.
La nuit du 19 au 20 sept 2021, une grenade a été lancée dans un cabaret du policier nommé Jules à Gitega. Trois personnes seraient immédiatement mortes, d’autres seraient mortes de leurs blessures après leur évacuation à l’hôpital car il y a eu plus de 20 blessés. Les témoins sur place affirment que la majorité des victimes seraient des membres du cnddfdd. Deux personnes seraient appréhendées après une fouille par la police.
La nuit du 20 au 21 sept 2021, c’était le tour de Bujumbura. Des grenades ont été lancées dans le parking de l’ancien marché de Bujumbura et à Jabe. Un communiqué du ministère de l’intérieur, sécurité publique et développement communautaire a fait mention de deux morts et 104 blessés. Le bilan réel pourrait être plus lourd que cela.
Le 22 sept 2021, Sylvestre Nyandwi, procureur Général de la République, s’est pressé d’aller animer une conférence de presse pour pointer du doigt certains leaders comme Alexis Sinduhije, président MSD, François Nyamoya , Margarette Barankitse et d’autres, d’être derrière ces attaques à la grenade. Il les a qualifiés de terroristes et a déclaré vouloir sortir pour eux des mandats d’arrêt internationaux.
Cette sortie médiatique de Sylvestre Nyandwi montre très bien le premier objectif de la clique militaire du cnddfdd au pouvoir qui a envoyé sa milice lancer ces grenades pour avoir un prétexte de disqualifier, aux yeux de la communauté internationale, certains de ses opposants, notamment le msd et Red Tabara. Il faut souligner qu’Evariste Ndayishimiye était à New York et que dans son discours à la tribune de la 76eme Assemblée Générale des NU, il a profité de l’occasion pour mettre dans le même panier, Red Tabara et l’ADF qui a déjà fait des ravages dans l’Ituri en RDC. Voilà ce qui montre que les jets de grenades dans les deux localités répondent au plan de la clique militaire du cnddfdd au pouvoir.
Le deuxième aspect du plan a été mis au grand jour le 23 sept 2021. Une grenade a été lancée au domicile du Lieutenant Col Aron Ndayishimiye, un ancien des FNL et commandant du 212eme Bataillon, dont la majorité de ses éléments sont situés dans la réserve naturelle de la Rukoko. Son épouse et son domestique seraient morts, il y aurait eu aussi des blessés dont un élément de sécurité qui était sur place au moment des faits. Le Lt Col Aron Ndayishimiye est connu pour avoir enlevé, lui-même, beaucoup de membres du CNL, les ont conduits dans la Rukoko où ils seraient tous tués car personne n’est réapparue après l’enlèvement. Les familles de ces personnes n’ont aucun droit de demander où seraient les leurs.
Pour la clique militaire du cnddfdd, non seulement que cet ancien membre des fnl n’est pas aimé au sein de leur système, il était aussi devenu un élément gênant par ses actes barbares et inhumains faits au grand jour. Si sa famille a été visée, c’est mauvais signe que sa vie est aussi en danger. Certaines sources indiquent qu’il y avait une probabilité qu’il soit en ce moment à la maison, mais il aurait été empêché de rentrer par des circonstances non encore élucidées. En organisant cette attaque, la clique militaire avait comme objectif de montrer que ce sont les membres des cnl qui sont responsables de cette attaque à la grenade pour les mettre dans le même sac que le Red Tabara. De cette manière, Agathon Rwasa serait le chef d’un groupe terroriste comme Alexis Sinduhije. La suite est connue de tous : lui enlever son immunité parlementaire et l’emprisonner. Un objectif non encore atteint. Le laboratoire de la clique militaire étudie sans doute d’autres stratégies pour y arriver. Et surtout que les imbonerakure, depuis le 23 sept 2021, ont mobilisé via les réseaux sociaux, leurs camarades, pour faire beaucoup de rondes nocturnes partout dans les quartiers et sur toutes les collines. Rien ne les empêche de lancer d’autres grenades où ils veulent et en profiter pour arrêter qui ils veulent.
Les attaques ont continué avec celle de Ruziba en date du 27 septembre, une autre à Vugizo-Gatumba en date du 28septembre et à Mitakataka , dans Bubanza en date du 29 septembre 2021. Toutes ces grenades ont été lancées par des membres de la milice imbonerakure bien connus et ont été arrêtés par la police ; exception faite pour Nestor, soupçonné avoir lancé la grenade à Vugizo-Gatumba. Ce dernier a été tué fusillé par les policiers au moment de son transfert au poste de police. La police dit qu’il a tenté de fuir, au moment où l’administrateur de Mutimbuzi, Siméon Butoyi affirme qu’il est mort de l’explosion de la grenade lancée par lui-même. Une manière éhontée de cacher les bavures commises par la police. Ce n’est pas pour la première fois que la police de Gatumba commette de tels crimes. En date du 28 octobre 2020, 04 personnes ont été tuées par des balles dans leurs têtes par les policiers de Gatumba alors qu’elles étaient détenues au cachot. La police a dit que ce sont des bandits qui ont été tués, fusillés par un policier de garde quand ils tentaient de fuir après avoir tenté de désarmer le commandant Brigade qui les interrogeait. Une justification qui ne tient pas la route.
URN HITAMWONEZA regrette beaucoup de voir des burundais qui meurent chaque jour du fait des actes posés par les membres d’une milice, mise en place, entrainée et armée par un pourvoir sensé les protéger. Nous demandons encore une fois à tout le peuple burundais, de toutes les tendances politiques, régionales ou ethniques, de quitter ce grand sommeil pour remarquer que la clique militaire au pouvoir a des visées génocidaires et arrêter ensemble toutes les stratégies efficaces de la chasser dans les meilleurs délais. C’est la seule manière de retrouver la paix si longtemps recherchée dans notre pays. Le départ de cette clique nous donnerait l’occasion de nous choisir d’autres leaders responsables, capables de nous conduire à la paix pour tous et au développement social souhaité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s