Burundi : La véritable image de la milice imbonerakure du cnddfdd démasquée ces derniers jours.

Burundi : La véritable image de la milice imbonerakure du cnddfdd démasquée ces derniers jours.
Les images les plus récentes diffusées sur les réseaux sociaux ont été vues depuis le 5 octobre 2021. Il s’agissait d’une trentaine de jeunes hommes ligotés ; les bras bien liés au dos avec des cordes ; assis par terre, puis embarqués dans des véhicules pickup des FARDC (armée congolaise). Selon certaines sources, il s’agissait des membres de la milice imbonerakure qui venaient de passer du temps dans le quartier Rutanga, groupement de Sange, dans la plaine de la Rusizi, territoire d’Uvira, province Sud Kivu. C’est sans doute la population qui les voyait vivre dans des maisons, entassés à 5 par chambre, qui aurait révélé l’information aux forces de l’ordre congolaises ; une population qui craignait que ces gens pourraient un jour perturber leur sécurité. L’armée congolaise n’a pas voulu révéler aux médias s’ils avaient sur eux des armes ou pas. Probablement que les armes étaient cachées ailleurs car d’autres sources disent qu’ils travaillaient avec les maimai Kijangala
Il est connu que le cnddfdd au pouvoir a toujours envoyé dans ce secteur des membres de sa milice imbonerakure soit disant pour y chercher des rebelles qui s’y cacheraient en vue d’attaquer le Burundi. Ces imbonerakure sont aussi responsables de multiples assassinats des personnes qui traversent la Rusizi en provenance ou en direction de la RDC. C’est sur cette rivière que beaucoup de cadavres ont été découverts.
Au moment où depuis le début du mois d’octobre 2021 la population de la province Cibitoke dénonce sans cesse les entrainements paramilitaires de ces imbonerakure dans un lieu appelé KU KIBUYE dans la commune de Mabayi, près de la Kibira, une information de SOS médias captée le 4 octobre 2021 signale qu’un ex chef de zone Mabayi et 17 imbonerakure seraient emprisonnés depuis le 2 0ctobre 2021 à Cibitoke. Ils seraient accusés de collaboration avec les interahamwe FDRL/FLN se trouvant dans la Kibira.
Même si la clique militaire du cnddfdd au pouvoir cherche toujours à le cacher, la réserve de la Kibira est devenue une base arrière des rebelles rwandais FDRL/FLN qui cherchent à perturber la sécurité du Rwanda voisin. Ils lancent régulièrement des attaques sur ce pays voisin et retournent dans leurs positions dans la Kibira , côté burundais. Comme preuve de leur présence dans cette forêt : sos médias a écrit que depuis le 30 sept 2021, 13 combattants FDRL/FLN sont emprisonnés au sein du SNR à Bujumbura. Ils ont été dénoncés par la population de Mabayi et Bukinanyana dans Cibitoke et arrêtés par l’armée le 25 septembre 2021.Ils ont été récupérés par le SNR dans Cibitoke alors qu’ils étaient blessés et transférés ensuite à Bujumbura. Ces rebelles rwandais étaient dans un même groupe que ceux qui ont été tués et dont 5 cadavres ont été découverts le 24 septembre 2021 sur colline Kirehe en zone Bumba dans la commune Bukinanyana.
Dans le sud du pays, la milice imbonerakure a également été démasquée. Sept sont détenus dans les cachots du commissariat de police à Nyanza lac. Deux ont été arrêtés et emprisonnés le 01 octobre 2021 pour avoir arrêté et pillé des véhicules en zone Kazirabageni de la commune Nyanza lac quand ils étaient en patrouille ; 05 autres avaient été arrêtés le 30 septembre 2021 alors qu’ils étaient surpris avec du matériel volé le 29 septembre 2021 soir dans une église pentecôtiste de Mirango dans Kazirabageni .
Il est important de signaler que depuis le 24 septembre 2021, cette milice du cnddfdd a multiplié les patrouilles partout dans le pays, spécialement dans les villes comme Bujumbura et Gitega. C’est lors de ces patrouilles, normalement réservées aux forces de l’ordre, qu’ils commettent des crimes de tout genre. A l’exception des grenades lancées à Gitega et Bujumbura en dates des 19 et 20 septembre 2021, dont les auteurs n’ont pas été directement identifiés sur place, les autres grenades qui ont été lancées ici et là sont l’œuvre des imbonerakure bien connus ; certains ont même été tués pour éviter des révélations troublantes sur l’identité de tous ceux qui travaillent avec eux dans ces crimes et l’objectif visé par les planificateurs. A titre d’exemple, Habonimana Dieudonné, un imbonerakure qui avait lancé la grenade à Ruziba en date du 27 septembre 2021 a été arrêté et conduit au bureau de la zone Kanyosha où il a été tué, frappé d’un objet sur la tête lors de son interrogatoire. Il aurait commencé à révéler tous les noms des imbonerakure qui travaillaient avec lui dans les différents crimes commis. Le 28 septembre 2021, un membre de la milice imbonerakure bien connu ( Ndagijimana Nestor, alias Rasta) a lancé une grenade dans une boutique à Vugizo-Gatumba. Il a été arrêté et conduit par la police au poste de police de Gatumba. Les policiers l’ont tué par balles en cours de route l’accusant d’avoir tenté de fuir. Une grenade qui a tué un enfant et blessé d’autres le 29 septembre 2021 à Kanombe dans Mitakataka en province Bubanza appartenait aussi à un membre de la milice imbonerakure du cnddfdd. Il a été arrêté par la police.
Signalons pour terminer la liste des incidents imputés à la milice imbonerakure qu’il est fort possible que les 05 burundais tués par la police tanzanienne au début de la semaine, à 15 km du camp des réfugiés de Nduta, seraient des imbonerakure qui se cachent avec armes dans ce camp. Cette version serait de tant si vraie que personne parmi les vrais refugiés ne peut posséder une arme dans le camp. Ce sont ces imbonerakure envoyés par le pouvoir pour suivre de près ces réfugiés, enlever et tuer certains d’entre eux supposés être des opposants du pouvoir cnddfdd, en connivence avec la police tanzanienne. La tactique était la même que celle utilisée à Kazirabageni. Ces bandits ont mis des obstacles sur la route pour arrêter et piller les véhicules. Le premier véhicule à s’arrêter était un véhicule civil à bord duquel se trouvaient des policiers. Ce sont ces derniers qui ont échangé des tirs avec ces bandits, tuant certains d’entre eux ; d’autres ont pu s’enfuir.
Voilà que ces crimes ont été commis par des membres de la milice du cnddfdd en utilisant des armes distribuées par le pouvoir cnddfdd. Il a été signalé que le lancement de ces grenades serait un exercice pratique après une série d’entrainements paramilitaires au cours desquels l’utilisation de ces engins aurait été un des chapitres enseignés. Pourtant, cela n’a pas empêché à Sylvestre Nyandwi, procureur général de la République de déclarer publiquement dans sa conférence de presse du 22 septembre 2021 que ces attaques à la grenade qualifiées de terroristes sont commanditées par un groupe de gens dont les principaux leaders sont Alexis Sinduhije et Marguerite Barankitse. Ce qui vient de démontrer que c’est plutôt un plan du pouvoir cnddfdd pour pouvoir arrêter, torturer et emprisonner ou tuer le maximum de non membres de ce parti de l’Aigle. Le pouvoir ne se soucie pas du tout des morts et des blessés, l’important est qu’il atteigne son objectif.
URN HITAMWONEZA est au courant de ce plan et demande encore une fois aux burundais de se réveiller et remarquer que ce pouvoir et son leaders Evariste Ndayishimiye ne font que de bons discours juste pour distraire l’opinion, mais que leurs intérêts priment sur la vie des citoyens. Et à chacun de donner sa contribution pour barrer la route à ces criminels afin de les chasser de ce pouvoir et les traduire en justice pour que chacun réponde de ses actes. C’est à ce seul prix que tout burundais pourra retrouver la tranquillité dans un pays sécurisé et où la paix pour tous est une réalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s