Burundi : Hier Ennemie numéro 1, l’Eglise catholique serait-elle devenue miraculeusement l’enfant chéri du système cnddfdd ?

Burundi : Hier Ennemie numéro 1, l’Eglise catholique serait-elle devenue miraculeusement l’enfant chéri du système cnddfdd ?
La question mérite une réponse. A entendre le président Evariste Ndayishimiye lors de son interview à Rome News et à l’aéroport de Bujumbura le 30 Mars 2022 à son retour de Rome où il a rencontré le Pape François, on dirait que l’Eglise catholique au Burundi est devenu un partenaire privilégié du système cnddfdd qui prend en otage le Burundi depuis 2005( nous pesons nos mots en disant ‘’qui prend en otage’’ car celui qui dirige montre aux dirigés la bonne direction qui mène à la paix et au développement ; ce qui n’est pas le cas pour le pouvoir cnddfdd). On dirait que tout est rose entre le pouvoir cnddfdd et l’Eglise catholique du Burundi ou tout simplement que l’Eglise de Dieu joue une certaine complicité avec un pouvoir dont ses leaders sont entachés de sang de centaines de milliers de burundais depuis qu’ils sont au maquis jusqu’à nos jours.
D’où est venue cette baguette magique qui a changé en blanc ce qui était hier noir ? Les gens n’ont pas oublié ce que disait Gélase Daniel Ndabirabe , actuel président de l’assemblée nationale, sur l’Eglise catholique en mars 2016 quand il était encore porte-parole du cnddfdd. Nous nous permettons de vous rappeler quelques phrases qu’il a prononcé sur la radio Isanganiro le 28 mars 2016
‘’L’Eglise a trempé dans presque toutes les crises qui ont endeuillé le pays depuis l’arrivée des premiers missionnaires— elle a servi de près ou de loin dans les coups d’Etat que le Burundi a connu jusqu’à nos jours et que certains membres de l’Eglise Catholique ont contribué dans l’histoire malheureuse du Burundi—A titre d’exemple en 1972, l’Abbé Michel KAYOYA a été assassiné sous la bénédiction de certains responsables de l’Eglise Catholique et personne n’a rien dit—les chrétiens burundais sont déçus par le comportement de l’Eglise Catholique au vue de sa prise de position dans les récents événements qui ont frappé le Burundi—le comportement d’un certain nombre de prélats de cette confession religieuse de l’Eglise Catholique depuis 2010 et spécialement depuis le 26 Avril 2015, a déçu les démocrates burundais en particulier et tout le peuple Burundais en général—l’Eglise Catholique burundaise a voulu saboter les récentes élections de 2015 et bloquer le fonctionnement de la Commission Vérité-Réconciliation à travers ce qu’il qualifie d’ « activisme inconsidéré” de certains responsables de cette confession religieuse—et tout cela s’accompagnait de communiqués incendiaires pendant leurs homélies jusqu’à faire penser que l’Eglise Catholique n’avait plus de rôle spirituel mais uniquement politique— l’Eglise Catholique perd sa mission principale de prêcher la bonne nouvelle et se rend coupable de division des chrétiens sur base idéologique—la volonté de diviser les chrétiens a été exprimée tantôt ouvertement tantôt à demi-mots par certains responsables de l’Eglise Catholique ainsi que le souci d’opposer les chrétiens aux différents membres des partis politiques qui ont poussé plus d’un à se poser des questions de la véritable mission des Chefs du clergé Burundais’’. Voilà les propres mots de cet homme qui ne cesse de ‘’cracher du feu’’ lors de ces prises de parole.
De tout ce qui précède, nous disons que même si les relations seraient très bonnes entre l’Eglise catholique et le pouvoir cnddfdd, elles connaissent des hauts et des bas. Après les élections de 2020, le conseil des Evêques catholiques avait pris le devant pour dénoncer les irrégularités qui ont caractérisé ces élections. Malheureusement, il n’a pas continué à mettre la vérité au grand jour, peut-être pour éviter de révolter la population, de peur de l’exposer à la brutalité meurtrière des escadrons de la mort du cnddfdd déjà préparés pour mater quiconque oserait faire manifestation contre les résultats fabriqués par la CENI sur ordre du cnddfdd. Mais cela n’a pas empêché aux différents évêques et prêtres catholiques de donner le podium aux leaders cnddfdd, investis après tricheries, pour faire leurs propagandes mensongères au sein de leurs églises.
D’un autre côté, nous avons quand même entendu récemment Mgr Simon Ntamwana (ami intime du président Evariste Ndayishimiye) dénoncer les actes d’intimidation et d’enlèvements perpétrés par le pouvoir cnddfdd sur la population qui n’est pas membre de leur parti. Le président du conseil des Evêques catholiques et évêque de Muyinga n’a pas non plus, lors de son homélie dans la cathédrale Regina Mundi, raté l’occasion de parler des lamentations des centaines de burundais frappés par la mesure impopulaire du ministre Ndakugarika d’interdire les motos, vélos et tricycles de circuler sur une grande partie de la capitale économique Bujumbura. Et l’évêque de demander plutôt que les leaders ne crampent pas sur leurs positions, mais qu’ils mettent en avant le bien-être de leurs dirigés ; ce qui n’a pas plu sans doute au super ministre Ndakugarika et la clique militaire qui cherchent plutôt à faire taire tout le monde sur ce dossier.
URN HITAMWONEZA estime que même si Evariste Ndayishimiye croit avoir convaincu le Pape François qui lui a parmi de visiter le Burundi en 2023 ; s’il était intelligent, il devrait savoir que le Saint Siège est doué en diplomatie. Ils sont au courant de tous les crimes commis par le pouvoir cnddfdd. S’il a demandé uniquement l’état d’avancement du dossier du nonce apostolique, Michael Courtney, il a demandé implicitement aussi où en est la justice pour ces étrangers (les sœurs italiennes et autres) et burundais assassinés par le pouvoir cnddfdd depuis 2005. Et voilà notre pauvre président qui répond que c’est la CVR qui s’en chargera. Quelle honte !
Il faut aussi savoir que l’Eglise catholique n’est pas une église de Simon Ntamwana ou tout autre évêque ou individu, puissant peut-il être ; c’est l’Eglise de Dieu. Et Dieu n’aime pas les hypocrites, les menteurs, et encore moins ceux qui osent ôter la vie à un être humain qu’il a créé. Toute autorité catholique qui passera outre la vérité sera contre la volonté de Dieu et n’aura plus de place à l’Eglise catholique.
A méditer : ‘’Mais en disant la vérité dans l’amour, nous grandirons à tout point de vue vers celui qui est la tête, Christ (Éphésiens 4 :15). Jésus lui dit : « C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu’en passant par moi. » (Jean 14 :6).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s