Burundi : Bientôt, une coalition FARDC, FDLR, MAI MAI FDNB, IMBONERAKURE, pour finaliser le génocide des tutsis dans la région des grands lacs

Burundi : Bientôt, une coalition FARDC, FDRL, MAI MAI FDNB, IMBONERAKURE, pour finaliser le génocide des tutsis dans la région des grands lacs
Ce n’est pas la première, la deuxième ou la troisième fois que URNHITAMWONEZA lance une alerte, non seulement à la communauté internationale, mais aussi aux pays de la sous-région, ‘’qu’il se prépare’’, en collaboration avec le pouvoir cnddfdd, un génocide à grande échelle, dans la région des grands lacs. L’histoire risque malheureusement de nous donner raison. Il se prépare ! ‘’Il’’, c’est qui ? C’est imprécis mais, de façon générale, c’est l’ensemble des groupes racistes et génocidaires hutus qui n’aiment pas voir l’existence d’un humain tutsi dans la région.
Il y a des groupes qui ont déjà manifesté cette intention depuis longtemps en essayant de massacrer le maximum de tutsis possible sans les exterminer tous. Ils ont commencé au Rwanda depuis 1959 et ont évolué vers le Burundi avec des tentatives depuis 1965, 1972, 1988,1993, et 1994 ( au Rwanda où des burundais ont participé dans le génocide des tutsis rwandais auprès des FDRL et du gouvernement de Juvénal Havyarimana ) et depuis 1994 jusqu’à ce jour au Burundi.
En effet, ces hutus racistes et génocidaires se sont toujours regroupés dans des organisations politiques sous la couverture de la démocratie et du développement. C’est notamment l’ARD (Alliance pour le renforcement de la démocratie) regroupant les partis comme MRND, CDR, PECO, PARERWA, PADER au Rwanda et Palipehutu, UBU,Frodebu,Cndd-Cnddfdd au Burundi. Nul n’est besoin de rappeler les différentes vies humaines d’origine tutsie qui ont été massacrées par ces extrémistes depuis longtemps ; et ils n’ont jamais baissé la garde jusqu’ aujourd’hui pour pouvoir sauter sur toute opportunité qui se présentait pour tuer le maximum des tutsis innocents. Notons qu’à certaines occasions, les tutsis se sont défendus ; ce qui a sans doute occasionné des morts des hutus, quelques fois innocents. Ce qui est aussi regrettable. Nous disons que les tutsis ont toujours été dans la défensive car les attaquants ont toujours été ces racistes et génocidaires hutus qui n’ont jamais été satisfaits par le sang versé des tutsis, et qui continuent jusqu’aujourd’hui.
Si les FDLR/Interahamwe et les FAR (Forces armées Rwandaises) ont été chassées par le FPR qui a pu arrêter le génocide des tutsis rwandais en 1994, là où ils sont dans le monde, ils cherchent toujours à déstabiliser le Rwanda par plusieurs manières. Ceux qui sont en RDC et au Burundi ne cessent de lancer des attaques sur de paisibles citoyens rwandais au Sud du pays. Heureusement que les RDF sont toujours vigilantes.
Au Burundi, depuis 1993, le pays n’a jamais été en paix, le génocide est toujours comme une épée de Damoclès au-dessus des têtes des tutsis. Chaque fois que ces organisations racistes génocidaires hutus ont eu une parcelle de pouvoir, ils ont toujours planifié le génocide des tutsis. Les cas les plus récents sont le Frodebu de 1993 dont ses membres extrémistes ont commis le génocide des tutsis et voyant qu’ils n’ont pas atteint l’objectif fixé (exterminer tous les tutsis) , se sont métamorphosé en cndd-cnddfdd soit disant pour défendre la démocratie après l’assassinat du président Melchior Ndadaye , alors que pendant tout le temps, ils n’ont fait que rechercher et tuer les tutsis dans les sites des déplacés, dans les écoles, sur les routes et dans leurs maisons. Voilà le combat que le cnddfdd a mené avec humanité dont Reverien Ndaikuriyo, secrétaire général du cnddfdd , parlait lors de son discours historique rappelant à sa milice Imbonerakure, que le cnddfdd n’est pas un parti politique , mais un Etat, le Burundi. Depuis 2005, ils ont tué tout tutsi qu’ils voulaient sans poursuite. Aujourd’hui, l’heure a sonné pour que ce génocide soit exécuté, non seulement au Burundi, mais aussi à l’échelle régionale.
Comment ? Lisez le communiqué du 26 Mai 2022 du major Willy Ngoma, porte-parole du M23 . Ce mouvement qui ne réclame que le mise en œuvre des accords signés en 2014 avec le gouvernement congolais consistant à intégrer certains de ses membres au sein des forces de défense comme tout citoyen congolais ; un droit qui leur a été refusé simplement parce qu’ils seraient d’origine tutsie.
Le communiqué parle des soldats congolais d’origine tutsie qui ont été brûlés vifs, d’autres exécutés par leurs frères d’arme, les accusant de collaborer avec le M23. Il évoque aussi le discours du commissaire général de la police nationale du Nord Kivu prononcé le 25 Mai 2022 à Goma, demandant la population à prendre les machettes pour défendre la ville contre les attaques du M23. C’est implicitement un ordre donné à cette population de tuer toute personne qui ressemble aux tutsis qui se trouverait dans la ville et ses environs. Le M23 dénonce aussi une collusion des groupes armés représentant le visage congolais des FDRL (CMC/FDP, APCLS et ANCDH/AFDP) avec les FARDC dans la guerre que le gouvernement congolais lui a imposée.
En refusant de mettre en œuvre les accords signés avec le M23 ; en accusant tout le temps le gouvernement rwandais de soutenir ce mouvement ; il est clair que Tshisekedi, sous les sollicitations de certaines puissances occidentales, chercherait un prétexte de provoquer le Rwanda et le pousser à entrer dans cette guerre avec toutes les conséquences que cela comporte.
Soulignons pour toutes fins utiles que quand des bombes ont été lancées ( par on ne sait pas encore qui et pourquoi) sur la population rwandaise du secteur de Musanze le 23 mai 2022 faisant beaucoup de dégâts humains et matériels, Felix Antoine Tshisekedi était à Bujumbura rencontrer le Président Evariste Ndayishimiye. Parmi les non-dits de cette rencontre que nous n’avons pas voulu parler dans notre publication précédente (par manque de certaines preuves), se trouve l’appui des FDNB dans son combat avec le M23, avec l’intention du pouvoir de Kinshasa de l’écraser complètement (peut être une utopie).
C’est à vous, lecteurs, de comprendre que les FARDC alliés aux FDLR/Mai Mai qui travaillent déjà avec les militaires et imbonerakure du pouvoir cnddfdd et qui risquent de harceler le pouvoir de Kigali, accusé injustement de soutenir le M23, ne présage rien de bon ces derniers jours. Souvenez-vous aussi que les FDLR/FLN sont toujours présentes dans la Kibira (séparant le Burundi et le Rwanda) et bénéficient toujours de l’appui du pouvoir de Gitega, et font des navettes entre le Burundi et l’Est de la RDC . Soyez- en sûrs qu’ils ne vont pas rester tranquilles, surtout en ces moments où le Rwanda s’apprête à abriter le sommet des pays du Commonwealth. Les provocations vont se multiplier de tous côtés (frontières Rwanda-Rdc , Rwanda-Burundi). Dieu seul sait ce qui va s’en suivre. Les autorités de Kigali devraient faire preuve de plus de lucidité et de maturité politique pour échapper à ce piège, mais aussi pour sauvegarder souveraineté et la dignité de leur pays.
URN HITAMWONEZA demande encore une fois aux Nations Unies d’interdire sa force en RDC , la Monusco, de ne pas mettre de l’huile sur le feu dans cette guerre M23-FARDC et ses alliés , ou de soutenir une partie au conflit, au lieu de se mettre entre les deux et éviter cette escalade de violence qui risque de provoquer un autre génocide dans la région. A tous les peuples des pays qui soutiennent ce génocide de dire NON à leurs dirigeants car s’il est vrai que des tutsis vont mourir en masse, ce génocide aura des conséquences fâcheuses sur tout le monde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s