Burundi : Après la visite du président Tshisekedi au Burundi, le pouvoir cnddfdd finalise les préparatifs de ses hommes pour trois fronts

Burundi : Après la visite du président Tshisekedi au Burundi, le pouvoir cnddfdd finalise les préparatifs de ses hommes pour trois fronts
Trois fronts différents mais complémentaires seront bientôt ouverts par le pouvoir cnddfdd d’Evariste Ndayishimiye. Le premier sera ouvert en RDC en collaboration avec les FARDC, les mai mai, les FDLR et l’ADF. Des militaires et des membres de la milice imbonerakure seront bientôt envoyés sur ce front extérieur.
Sur les deux fronts intérieurs, l’un sera occupé par des militaires et des imbonerakure et l’autre par la nouvelle force, FRAD (Force de réserve et d’appui au Développement) en cours de finalisation. Cette dernière est en train d’être préparée activement et aura comme rôle d’en finir avec les tutsis et les membres du CNL quand le pouvoir cnddfdd se verra menacé.
Tout a été planifié. Ces militaires et imbonerakure seront quant à eux déployés sur la frontière entre le Burundi et le Rwanda en renfort des FDLR/FLN qui se trouvent dans la kibira, frontalière avec le Rwanda. Voilà le plan : un front en RDC, un front dans la kibira et un déploiement de FRAD dans tout le pays.
En effet, il se trame quelque chose dans la sous-région et cela est téléguidé par des puissances occidentales. Le moment viendra de les révéler et les dénoncer publiquement. Et la cible de tout ce plan, c’est le Rwanda. Il suffit de regarder quelques faits parlant pour le confirmer : Le gouvernement congolais vient de déclarer le M23 groupe terroriste, c’est-à-dire qu’il a déclaré la guerre totale à ce mouvement. Ce même gouvernement accuse ouvertement et publiquement le pouvoir de Kigali de soutenir le M23. Par simple transitivité, le pouvoir de Kigali n’est plus un partenaire avec qui il faut s’asseoir pour trouver une solution pacifique, mais un ennemi à combattre. Ce qui est grave. Et ce n’est pas un hasard que des bombes ont été lancées sur le territoire du Rwanda, côté Musanze, occasionnant des blessés et des dégâts matériels. Il n’y a jamais eu d’enquêtes, ni d’excuse de la part du pouvoir de Kinshasa car les bombes ont été lancées à partir de son territoire. C’était le 23 mai 2022 ; et ce jour-là, le président Antoine Felix Tshisekedi était chez le président Ndayishimiye au Burundi. Officiellement, le visite de trois jours consistait à contempler les projets qui marchent bien (existent-ils au Burundi ?) et apprendre de la bonne organisation de l’armée burundaise. Un motif non fondé qui cache un autre non officiel. Notre source nous dit que le président Tshisekedi aurait demandé à son homologue d’apprêter ses hommes pour entrer dans cette guerre totale avec le M23
Le Burundi a des atouts très importants dont Tshisekedi a besoin pour commencer cette guerre. Le pouvoir cnddfdd est en bons termes avec les FDLR/FLN, avec les ADF, mai mai et autres groupes alliés à ces premiers qui opèrent aussi bien en RDC qu’au Burundi. Il est alors facile de renforcer les FDLR/FLN se trouvant dans la kibira pour lancer une attaque sur le Rwanda.
En RDC, après la traque des ADF par l’armée ougandaise (entrée officiellement en RDC pour combattre ce groupe), ces derniers ( ADF) se sont éparpillées, se sont divisées en groupes , et ont trouvé refuge dans les rangs des FDLR et ses alliés et au sein des militaires burundais et imbonerakure présents officieusement en RDC ( soulignons en passant qu’au sein des ADF , il y a beaucoup de burundais).
Le rétablissement de relations entre Kampala et Kigali n’a pas été bien accueilli ni par Bujumbura, ni par Kinshasa, ni par les groupes extrémistes et génocidaires opérant dans l’Est de la RDC. C’est pour cette raison que tous ces groupes se sont coalisés avec les FARDC pour imposer une guerre totale au M23 ; ce dernier étant considéré comme un mouvement dont la majorité de ses membres sont constitués des congolais d’origine tutsie. Et ce n’est pas gratuit que le pouvoir de Tshisekedi continue à multiplier des déclarations accusant le pouvoir de Kigali d’être de mèche avec le M23. Indirectement dit, le combat total contre le M23 signifie aussi un combat contre le Rwanda. C’est la principale raison non officielle de la rencontre entre les présidents Tshisekedi et Ndayishimiye : coordonner le combat sur les deux fronts : partir de la Rdc et du Burundi pour en finir avec le pouvoir de Kigali (un rêve sans doute).
Aujourd’hui, des militaires burundais se rassemblent dans la réserve de la Rukoko pour se préparer à être déployés aussi bien en RDC que dans la kibira en renfort à ceux qui s’y trouvent déjà.
Soulignons en terminant que notre source d’information nous dit que lorsque la guerre aura éclaté, des batteries seront déployées dans la province de Muyinga au Burundi pour lancer des obus sur la région rwandaise qui abrite le camp de réfugiés de Mahama.
URN HITAMWONEZA demande encore une fois à tous les hommes épris de paix de tout faire pour éviter cette guerre qui vise un génocide des tutsis de la région des grands lacs, spécialement ceux du Burundi (les membres du cnl seront aussi visés) et les banyamulenge de la RDC. Ces derniers jours, beaucoup d’actes de provocation du Rwanda seront posés par les FARDC via les FDLR/FLN, justement pour faire éclater cette guerre à laquelle ils se sont déjà préparés. A tous les habitants des pays concernés, nous recommandons la vigilance et la prudence car cette guerre sera la plus meurtrière que vous n’avez jamais vue dans votre vie. Que Dieu vous protège.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s