Burundi : La province de Gitega est parmi les plus touchées par le génocide des tutsis en 1993

Burundi : La province de Gitega est parmi les plus touchées par le génocide des tutsis en 1993
Cette province du centre du pays s’est beaucoup démarquée dans le génocide des tutsis qui a suivi la mort de Mechior Ndadaye en 1993. Il est clair que le génocide avait été bien préparé, la population hutue du Frodebu avait été sensibilisée sur l’action à mener et comment la faire après un coup de sifflet. Le témoignage de cette dame que nous appelons X , rescapée de la colline Murirwe, de la zone Mubuga en commune de Gitega en dit long
C’était le 22 octobre 1993 à 8hoo du matin quand un groupe de hutus voisins, membres du Frodebu atterrissaient chez elle, avec d’autres tutsis voisins ligotés.
Le groupe de tueurs était composé de :
Ntahomvukiye Albert, fils de Kadende, chef de colline ;
Bayate, un soit disant mushingantahe de la colline,
Kamwenubusa, jeune de la colline,
Antoine, fils de Mbundare, un jeune de la colline ;
Salvator alias Vatori , fils de Bucumi ;
Fabien, fils de Butumbuza ;
Mukuri de la sous colline Myugariro ;
Makera et son fils Gafyikiri de la sous colline Myugariro ;
Elias, fils de Regine de la sous colline Myugariro ;
Pascal, fils de Kije de la sous colline Myugariro ;
Antoine Rwankabigero de la sous colline Myugariro ;
Jean Singirankabo de la sous colline Myugariro ;
Etienne, fils de Kirobeye, jeune de la sous colline Myugariro ;
Ntoberwa et son fils ainé Manirambona de la sous colline Myugariro ;
Kariyo, de la sous colline Myugariro. C’est chez lui que tous les biens pillés ont été rassemblés et partagés ;
Barandagiye et son fils Ndabirorere de la sous colline Myugariro ;
Ndikiminwe de la sous colline Myugariro ;
Gatoto Jérôme, de la sous colline Myugariro ;
Mbuzukongira de la sous colline Myugariro ;
Sylvestre de la sous colline Myugariro ;
Kidodori et sa mère Christine, venus de Maramvya pour chercher des terres sur la sous colline Myugariro ;
Lupo, venu de Maramvya pour la recherche des terres sur la sous colline Myugariro
Ce groupe a alors fait sortir tous les occupants de la maison, puis ils ont pillé tout ce qu’elle contenait, puis ils l’ont détruite en commençant par les tôles. Entre temps, les maisons des voisins directs commençaient à prendre feu. Tous les tutsis des environs furent alors rassemblés puis encerclés par des assassins armés de machettes et lances. Le coup d’envoi a été fait sur la fille de Madame X, elle est morte sur place. Quant à elle, deux lances l’ont traversé les côtes, elles tombée face contre terre mais elle n’a pas perdu connaissance. Des cadavres étaient entassés sur son dos, mais elle n’a pas bougé. Les tueurs ont soupçonné qu’elle n’était pas morte et un d’entre eux lui a frappé avec une machette sur son bras qui a été fracturée, mais elle est restée immobile. Elle entendait les génocidaires échangeaient sur comment il faut se repartir la tâche pour qu’aucun tutsi de la colline ne leur échappe. Beaucoup de tutsis des environs ont été rassemblés et tués au domicile de Madame X . Elle entendait certaines voix des voisins qui demandaient pardon pour un péché qu’ils n’ont pas commis
Le soir, les tueurs sont partis partager les biens pillés. Vers 19hoo, la nuit tombée, Madame X a pu se redresser et marcher jusque dans la vallée d’un ruisseau appelé Rwandaro où elle a passé trois jours cachée, se nourrissant des maniocs arrachés avec un seul bras. C’est au quatrième jour qu’elle a pu rejoindre le centre de déplacés de guerre de Gitega
URN HITAMWONEZA partage avec vous ce genre de témoignages pour convaincre ceux qui tentent de nier le génocide des tutsis de 1993. Il est clair que le projet d’éliminer systématiquement tous les tutsis a été préparé minutieusement par le Frodebu et son administration a été très active dans la mise en œuvre de ce génocide. Nous avons pris un engagement de dénoncer tous les planificateurs et exécutants pour qu’un jour ils répondent de leurs actes.