Le CNDD FDD a toujours triché les élections pour parachever son projet génocidaire

Le CNDD FDD a toujours triché les élections pour parachever son projet génocidaire
Se maintenir au pouvoir d’une façon éternelle ; tel est le rêve d’une clique au pouvoir au Burundi. Personne n’ignore que depuis qu’ils sont aux affaires, le pays n’a avancé d’un seul pas, et ce dans tous les domaines. Le pays a toujours reculé au lieu d’avancer. Pourquoi ? Deux objectifs : s’enrichir à tout prix et parachever le génocide des tutsis accusés faussement de ce qu’ils appellent le génocide des hutus de 1972.
Oui, des hutus ont été tués en 1972, des tutsis aussi. Mais, est-elle une raison de tuer un tutsi de 2020 ? Quelle est sa part de responsabilité dans ce qui s’est passé en 1972 ? Aucune. Voilà ce qui prouve que le plan de génocide des tutsis est bel et bien en place et continue d’être exécuté.
Le cndd fdd triche régulièrement les élections pour se donner les moyens de le parachever. Tenez : Le cndd fdd a gagné les élections de 2005 par menace. C’est aussi une tricherie. Sorti fraîchement du maquis par négociations et non par victoire militaire, ils intimidaient la population en leur disant que s’ils ne votaient pas pour le cndd fdd, ils vont reprendre la guerre. Fatiguée par plus de 10 ans de crise, la population a voté par contrainte le cndd fdd qui n’avait aucun projet de société. En 2010, ce parti au pouvoir a encore une fois triché de façon fragrante, mais les burundais ont choisi de faire profil bas. Les élections de 2015 étaient organisées dans une contestation du 3eme mandat ; elles ont été catastrophiques. Le pouvoir cndd fdd a ainsi doublé de violence. Certains membres zélés de l’armée et de la police ( et spécialement l’API : police présidentielle), appuyés par la milice imbonerakure et les interahamwe, membres des FDLR ( milice génocidaire rwandaise de 1994) , ont semé la désolation au Burundi. Ils ont tué, torturé, enlevé des gens, emprisonné, violé des femmes et filles ( surtout d’ethnie tutsi) et forcé d’autres à l’exil.
Aux élections de 2020, les burundais étaient décidés d’en découdre avec le cndd fdd qui vient de passer 15 ans au pouvoir avec un bilan plus que négatif. Ils ont réussi à le faire en votant massivement pour le CNL. Les résultats enregistrés lors du comptage des voix sur les bureaux de vote le montrent. Certaines images prises en inscrivant les résultats sur des tableaux noirs des écoles montrent bien que le CNL est loin en avance par rapport au cndd fdd.
La clique au pouvoir a remarqué tardivement que leur candidat/leur parti a été vomi par le peuple et a ordonné des tricheries. Elles sont en train d’être faite de façon maladroite de telle façon qu’elles deviennent fragrantes. Imaginez que dans certains centres, le nombre total des voix attribuées aux candidats dépassent de loin le nombre total de votants. Impensable.
Cependant, la clique militaire n’entend pas céder et respecter la volonté populaire, elle est prête à plonger encore une fois le pays dans la désolation, pourvu qu’ils gardent le pouvoir pour réaliser leur rêve : exterminer tous les tutsis, réduire à l’état d’esclave ceux qui acceptent l’humiliation et forcer à l’exil le reste. Souvenez-vous, Pierre Nkurunziza l’a dit de façon à peine voilée dans son discours en annonçant qu’il ne représenterait pas en 2020. Il a bien précisé qu’il a accompli de façon satisfaisante sa mission pendant les 15 ans au pouvoir, et que ce qui reste à réaliser sera achevé par son successeur en trois ans de règne.
Voilà que le General Ndayishimiye Evariste et la clique au pouvoir cherchent à s’accrocher, bec et ongles au pouvoir pour pouvoir parachever le projet génocidaire lui légué par son prédécesseur, Pierre Nkurunziza.
URN HITAMWONEZA profite de l’occasion pour faire un clin d’œil à la population burundaise qui a élu ses leaders, de mettre ensemble ses énergies et barrer la route à ces génocidaires. Ils méritent plutôt d’être arrêtés et jugés afin de répondre de tous leurs actes.