Les Victimes du génocide des tutsis de 1993 et leurs Bourreaux sont connus

Les Victimes du génocide des tutsis de 1993 et leurs Bourreaux sont connus
Certains parlent de massacres inter ethniques, d’autres les qualifient de représailles, d’autres encore justifient ce qui s’est passé en 1993 au Burundi de ‘’petite colère’’. Et pourtant, c’est un véritable génocide qui a été planifié et exécuté par les extrémistes hutus du Frodebu.
L’élément déclencheur a été l’assassinat du premier président hutu démocratiquement élu en 1993. Le pauvre paysan de la colline Mika de la commune Giteranyi de la province Muyinga ne savait rien de l’assassinat de Ndadaye ; mais il a été tué pour la simple raison d’être né tutsi. Des hutus se sont jetés comme des fous sur leurs voisins tutsis, les ont tués avec machettes et ont brulé leurs maisons. Ils ont ensuite confisqué leur bétail. Jean Minani venait de les appeler, via Radio Mille collines du Rwanda, à la mobilisation générale soit disant pour défendre leur dignité. Un discours code pour leur dire : passer à l’acte.
N’eut été ce prétexte, tous ceux qui avaient été à l’école de l’idéologie d’exclusion et de génocide au Rwanda avaient déjà semé la mauvaise graine au sein de la population. Au cours de la campagne électorale en 1993, les membres du Frodebu ont procédé à la mobilisation porte à porte. Ils disaient à la population hutue que compte tenu de leur majorité ethnique, ils devraient à coup sûr gagner ces élections et que s’il arrivait qu’ils les perdent, il y aura eu tricherie. Et comme réaction, il fallait tuer tous les tutsis. Un prétexte pour exécuter un génocide longtemps planifié.
L’Article 483 de la conclusion du rapport 1996/682 des NU est clair : ‘’ La commission estime que les éléments de preuve dont elle dispose suffisent à établir que des actes de génocide ont été perpétrés au Burundi contre la minorité tutsie le 21 octobre 1993 et les jours suivants à l’instigation et avec la participation de certains militants et responsables hutus du Frodebu y compris au niveau des communes’’
Le rapport contient des conclusions d’enquêtes faites dans tout le pays, commune par commune, avec des témoignages à l’appui, mais ne donne pas de liste exhaustive des victimes et des bourreaux
URN HITAMWONEZA vous proposera progressivement les résultats de son enquête effectuée à travers tout le pays, dans le souci de pointer du doigt les coupables (morts ou vivants) afin qu’un jour, ils soient jugés et punis conformément à la loi.
Nous commençons nos révélations par les victimes et bourreaux de la colline MIKA de la commune Giteranyi de la province Muyinga
Les Victimes du génocide des tutsi de 1993 en Province de Muyinga, commune Giteranyi, colline MIKA
Isaak, fils Nanzira ; 25ans
Minani Jean ; 48ans
Mukeragabiro Laetitia ; 39 ans
Nashongero Emilienne ; 36 ans
Karindintwari Epitace
Bararwereka ; 7 ans
Kamariza ; 5 ans
Niyonkuru ; 3 ans
Nduwarugira ; 1 annee
Nyamvura ; 5 ans
Kabanyana ; 3 ans
Nzimihigo ; 1annee
Kabagabirwa ; 42 ans
Borehanintango ; 42 ans
Rwasa Anther ; 38 ans
Kayongoyongo ; 46 ans
Suzanne ; 40 ans
Bwenge ; 50 ans
Buteberi
Mama Buteberi
Mbarushimana Rosalie ; 45 ans
Mukamajambere Flora ; 16 ans
Bukuru Floride ; 14 ans
Ciza Virginie ; 12 ans
Nzojibwami ; 50 ans
Bibako ; 40 ans
Kaburo ; 16 ans
Rwasa ; 13 ans
Rugurane Antoine ; 50 ans
Kabaruta ;26 ans
Enfant Kabaruta ; 4 mois
Ndoricimpa ; 14 ans
Bera ; 12 ans
Liste de certains organisateurs et exécutants du génocide des tutsis de 1993 en Province Muyinga, Commune Giteranyi, colline MIKA
Coyitungiye ( alias Biguvu) ; il était forestier, il avait une arme à feu
Nyahinja Selamani
Evariste ( venu de Gitaramuka, province Karuzi)
Nyabenda alias Nkofera
Banani
Gikuru Vincent
Gishuko Mirenzo
Madangwa Abraham ( chef de colline)
Basezere
Rugobe
Ndururutse
Mitebeko
Bizimana
Salvator ( venu de Muyinga)
Bireha Munywani
Bitama Athanase
Russa Mudigi

Il convient de souligner que la liste n’est pas exhaustive, ceux dont les noms sont mentionnés sur cette liste sont ceux qui se sont démarqués par rapport aux autres.